Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Wonder woman 1984
Patty JENKINS
Budget = 200 M$
BOX OFFICE France = - entrées
BOX OFFICE USA = 16,7 / (46,0) M$
BOX OFFICE Monde = (165,9) M$
 

Aladdin 1984.
DC / Warner où l'art de s'associer pour en faire des tonnes et camoufler l'indigence des scénarii sous des tonnes d'effets spéciaux : ainsi se présente le film dans son hideuse introduction. D'ailleurs, ôtez la palette d'effets à Patty Jenkins et sa réalisation n'a vraiment rien d'exceptionnelle, elle est même fonctionnelle et irréfléchie, pour ne pas dire ennuyeuse. WW1984 est donc l'occasion rêvée de corriger ce problème de forme. Ce problème...
Une première séquence vintage sous tous rapports et on se surprend à croire que le scénario va dépasser l'origin movie qu'était le premier opus. Presque... Car du "vintage" au ringard, au banal, il n'y a décidément qu'un pas ; les bonnes intentions originelles ne peuvent masquer bien longtemps un scénario léger comme l'air.
Une pierre magique sortie de nulle part permet de formuler des vœux, voeux qui vont bientôt transformer un vilain petit canard en beau cygne, un mauvais entrepreneur peu charismatique en bad guy tout aussi peu charismatique, et un amour décédé en une résurrection qui n'a plus besoin d'explications (sic !). Et voilà que l'on déjà regrette les FX ! WW1984 part d'un bon précepte : pas de méchant aux pouvoirs démentiels ayant l'intention d'asservir le monde mais un simple monsieur tout-le-monde ayant raté sa vie et voulant prouver à son fils qu'il n'est pas un loser. C'est dans son développement que pèche le film et dans sa thématique fantastique de bas étage, très mal approfondie.
De même la trame se déroule au gré de séquences lourdes qui se succèdent à d'autres (Barbara découvre sa force, Steve découvre les 80's, Max découvre le pouvoir), dans un scénario trop facile -facile comme un simple vœu- et qui se passe très clairement d'intrigue. Intrigue que l'on pourrait résumer à bien peu de choses : Max vole l'objet magique, la gentille court après Max. Sans parler de scènes assez embarrassantes : le mec des 40's qui maîtrise parfaitement le pilotage d'un appareil moderne (je vous passe les explications...), les pouvoirs sortis de nulle part et soudainement bien pratiques... Et j'en passe et des plus incongrus (Cf. la 504 à l'épreuve des balles...).
WW84 manque de beaucoup de choses, et notamment de consistance, tenant difficilement debout et dont le couplet sur la concupiscence est d'une fadeur extrême. Les conséquences mondiales des actes de ce bad guy ne sont qu'évoquées à travers de vagues séries d'images. Tout cela rend le film trop glacial, à l'image des sentiments que l'on peut éprouver pour tous ces protagonistes.

NOTE : 6-7 / 20

La critique des internautes
 




NOTE : -/20

-