Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Sorry we missed you
Budget = 5,6 M€
BOX OFFICE France = 1 337 / 28 668 - 156 000 - 484 000 entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = 8,5 M$
 

Un couple essaie de boucler ses fins de mois. Le père de famille va se laisser tenter par un job dans une société uberiser, les yeux plein d'étoiles : il découvrera l'exploitation du personnel par l'optimisation du travail, travail non salarié, pour un maximum de rentabilité patronale.
K. Loach nous propose une nouvelle chronique de la misère humaine, celle de ces nouveaux esclaves modernes que sont les travailleurs pauvres. C'est tout autant une étude précise de la cellule familiale qui nous est présentée, de ses familles pauperisée qui volent en éclats bien malgré elles : parce que ce sont des parents croulant sous le travail, qui n'ont par là même plus le temps de s'occuper de leurs propres enfants comme ils le souhaiteraient (la dichotomie avec le travail passionné de l'aide médicale est frappante), rongés qu'ils sont par l'épuisement. Et pourtant ce sont des gens qui ont beaucoup d'amour au fond d'eux, des êtres humains avec la main sur le cœur.
Loach poursuit son combat en démontrant la dérive d'une société qui a atteint le bout de son absurdité, de son incohérence, de son inhumanité ; car sous couvert de "chance" (L'hideux discours : "Ne te plains pas, tu as un travail") tous les coups sont alors permis. Cette même société où l'on se tue pour obtenir un modique salaire tout en enrichissant les plus riches n'a, semble-t-il, aucunement évolué en l'espace de plusieurs siècles.
La réalisation y est sobre, les acteurs amateurs ou peu connus : le ton s'en trouve juste, au plus proche de nous. Film cru, cruel, touchant, fulgurant, où Loach touche toujours sa cible en plein cœur et finit irrémédiablement par nous bouleverser.

La critique des internautes
 

 

NOTE : - / 20

-