Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

 

Old boy
Budget = 3 M$
BOX OFFICE France = 731 / 8 553 - 58 000 - 141 000 entrées
BOX OFFICE USA = 0,069 / 0,707 M$
BOX OFFICE Monde = 15,2 M$
 

L'odyssée de Oh Dae-Soo.
Un quidam est kidnappé sans raison apparente et enfermé dans une unique pièce, avec pour seule compagnie une TV : il sera relâché de sa mystérieuse prison après 15 années d'enfermement.
Véritable et éblouissante claque visuelle à la musique grandiose, cet introspection brode sur l'un des thèmes fétiches de son auteur : la vengeance. Avec Old boy le monsieur a signé son chef-d'oeuvre, en s'appuyant sur la trame du classique "Comte de Monte-Cristo" et en l'adaptant à la sauce coréenne.
Fascinant, ébouriffant, inventif jusqu'au bout de la pellicule, brodé de plans qui vous scotchent au fauteuil, aux harmonies sublimes et extraordinairement mélodiques, justifiant à elles-seules le statut de chef-d'oeuvre du film, Old boy entretient le mystère le plus épais qui soit, ne relâche jamais son emprise sur le spectateur, traversé qu'il est par des scènes inoubliables (le poulpe, la scène de combat dans le couloir,...etc).
Le scénario nous introduit un cas clinique parfaitement décrit, où la moindre parcelle de mémoire va asseoir une vengeance implacable et sanglante, sur une trame sans le moindre temps mort, à l'image de son montage elliptique, presque allégorique, à couper le souffle. Et chaque scène est marquée d'un sceau de couleur, d'une photo entre rouge sang ou encore sépia, comme les souvenirs.
Old boy conserve toute sa fabuleuse puissance narrative, musicale et intellectuelle : car le film est également une métaphore abordant la façon dont nos vies -nos libertés- sont contrôlées par d'autres, sous leur emprise, parfois à notre insu, et comment l'on se doit de s'en dégager, de se les réapproprier ; quitte à faire table rase du passé, par tous les moyens. Old boy est une étourdissante plongée dans un passé trouble, nécessaire pour éclairer le présent. Jusqu'en son twist radicalement sidérant, en un final à tiroir complètement vertigineux et insane.
Un exercice ahurissant, brillant de bout en bout, ou chaque détails a son importance : jusqu'aux moindre décors. L'exemple type du film qui ne s'arrête pas à son pitch surpuissant, diamant scénaristique, mais l''exploite, le taille jusqu'à la parfection. Un chef-d'oeuvre du 7ème art.

Voir : Oldboy (2014)
La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-