Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Space jam - Nouvelle ère
Budget = 150 M$
BOX OFFICE France = 437 / 47 568 - 183 000 - (419 000) entrées
BOX OFFICE USA = 31,1 / (70,7) M$
BOX OFFICE Monde = (157,0) M$
 

Donc : Lebron James se pose en tant que superstar du basketball et homme d'affaire extrêmement riche. Vraiment très, très riche. Et c'est également un père de famille avec des problèmes de papounet. De papounet extrêmement riche. Ce n'est pourtant pas son biopic puisqu'on y trouve, pêle-mêle, des toons et un gros studio qui a (re) trouvé le moyen de placer ses produits / licences.
Bien qu'il se cache derrière moult artifices -animés ou pas- Space jam 2 n'est qu'un produit usiné qui ne saurait mentir. Entre raccourcis et facilités scénaristiques (le pauvre final paresseux...), références gratuites et toons assez mal inspirés dans l'ensemble, il n'est vraiment pas facile de trouver son plaisir ; tout du moins celui du premier film. La trame se veut par ailleurs ultra basique -dejà fait, déjà vu et s'excusant sans cesse-, le méchant s'avèrant particulièrement plat et aux motivations vraiment miteuses, se posant, lui, en pénible manipulateur d'ados en manque de reconnaissance. D'ailleurs la morale est complètement définie dès le début.
Les aventures toonesques se révèlent rapidement aussi tourbillonnantes qu'inconsistantes : la faute à un scénario prétexte auquel succède un scénario fourre-tout qui rate jusqu'à la plupart de ses parodies du catalogue Warner, les transformant en clin d'oeil assez pauvres ; le film se casse même les dents sur ses meilleurs gags (pas tous...). Enfin : la différence de jeu (je parle d'actorat, pas de sport...) entre LeBron et Don est vraiment abyssale...
A réserver aux petits non exigeants et aux parents nostalgiques et / ou fan de LeBron. Of course.

NOTE : 6-7 / 20

Voir : Space jam
La critique des internautes
 





NOTE : -/20

-