Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Petit vampire
Budget = - M€
BOX OFFICE France = 595 / 37 222 - 155 000 - (215 000)entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Une femme offre sa vie à la place de celle de son enfant... C'est alors qu'un bâteau pirates et son squelettique capitaine apparaissent et qu'ils sont, alors, tout deux changés en vampires. Ils emménagent ensemble dans un chateau -forcément hanté- mais voilà : comme dans nombre de famille, Petit vampire a besoin d'un peu d'air frais ; et surtout d'école et d'amis.
Petit vampire est un conte morbide et référenciel, une histoire de monstres divers qui évoluent dans un univers foisonnant et riche d'idées visuelles.
Entre les clins d'œil du cru, cinéphiles ou littéraires, et une belle leçon d'amitié, Petit vampire est un délicieux conte horrifique destiné à faire frissonner nos enfants, mais qui plaira également aux adultes grâce à son scénario tourbillonnant.
Le style de Sfarr fait merveille. Imaginatif, plaisant, avec plein de bonnes vibes sur l'amour et l'amitié ; parfois un peu trop simplifié dans sa trame, manquant peut être de quelques minutes de traitement.

NOTE : 13-14 / 20

La critique des internautes
 

Après 5 ans d’absences Alex Proyas refait surface pour un thriller apocalyptique le cul entre deux chaises faisant trop souvent l’ascenseur entre le très bon et le beaucoup moins bon.
A la réalisation on ne pourra pas reprocher grand-chose à Alex Proyas , savait le réal grand il nous gratifie d’une mise en scène nerveuse et tendue , qui rend le récit à ses meilleurs instants vraiment oppressant et visuellement le tout est très bien léché de plus le score de Marco Beltrami colle assez bien avec l’atmosphère que développe Proyas. Proyas livre 3 séquences parmi les meilleures jamais réalisés dans le registre film catastrophe , en tête le crash aérien en plan-séquence totalement chaotique et jouissif .
Si le pitch de départ et l’intrigue fonctionne de manière plutôt efficace malgré quelques éléments qui peuvent laisser un peu dubitatifs, les rapports père-fils lassent assez vite et sont plombé en partie par une interprétation moyenne voir mauvaise ( Cage dans une production plus noble que ses dernières sorties est fade et peu concerné ) qui au passage empêche aussi d’adhérer totalement au film de manière générale.
Et que dire de la fin qui finalement à l’image du film d’un coté ambitieuse formellement et presque marginale dans l’industrie Hollywoodienne et de l’autre puante de niaiserie ce qui limite fortement son impact : c’est dans ce genre de schéma très déséquilibré qu’avance le film et c’est bien regretable.
Bref un film mineur pour son réalisateur dont le travail demeure presque irréprochable mais le film est trop inégal pour convaincre totalement.


NOTE : 12,5 / 20

UNKUT