Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Morbius
Budget = 75 M$
BOX OFFICE France = 1 030 / 64 774 - 404 000 - (767 000) entrées
BOX OFFICE USA = 39,0 / (73,9) M$
BOX OFFICE Monde = (162,7) M$
 

On ne crée pas une oeuvre digne avec des morceaux éparses d'idées, malhabilement assemblés, sans génie, sans magie : un origin movie super-héroïque, un film de savant fou (on pensera forcément à Banner et à toutes les potions marveliennes) et un film de vampires. Une mixture pourtant ambitieuse sur le papier.
Mais Morbius se contente de bien trop peu et marche sagement, sans imagination aucune, dans les pas des genres sus-cités. Il recrache fadement les problématiques appliquées aux buveurs de sang, sans pour autant oser véritablement embrasser le genre horrifique. Pire : ce vampire n'est qu'un héros sans ambiguité, sans questionnements (ou si peu), sans haine palpable, sans tiraillements ; il va irrémédiablement et sans surprise pencher du côté des good guys et perdre toute sa profondeur, sa puissance évocatrice.
Pour le coup il fait exactement la même chose avec le thème des super héros, ayant gommé tout aspect trop gênant, il n'oublie pas d'adjoindre un bad guy à celui qui devait être un anti-héros, à celui qui devait occuper les deux positions dans le film ; un aveu d'échec scénaristique pour un personnage translucide -sitôt que celui-ci ait fait son coming out- et absolument inutile. Ce que le final torché en deux temps semble assurément confirmer.
Je ne ferai qu'évoquer brièvement une "intrigue" policière filiforme et qui, là aussi, non seulement n'apporte rien au film, mais que le montage aurait pu élaguer sans que cela ne gêne la compréhension de l'histoire (les personnages policiers sont récurrents dans le cinéma vampirique).
Morbius est donc triplement banal : visuellement la photo ne se démarque jamais d'un film marvelien, le scénario est profondément ennuyeux et, enfin, la réalisation est anonymisée par quelques effets visuels totalement gratuits.
Par contre ne crachons pas sur le charisme de Jared Leto, très à l'aise dans le rôle.
Morbius est donc un film timoré et indigent : et ce n'est pas le clin d'oeil à W. F. Murnau qui le rendra plus fin.

NOTE : 5 / 20

 

La critique des internautes
 




NOTE : - / 20

-