Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Last night in Soho
Budget = 43 M$
BOX OFFICE France = 334 / 6 657 - 51 000 - (90 000) entrées
BOX OFFICE USA = 4,2 / (10,1) M$
BOX OFFICE Monde = (23,0) M$
 

Eloïse réalise son rêve : partir à Londres afin d'intégrer une école de haute couture et découvrir la Big City, elle qui ne connaît que la campagne anglaise. Ellie possède une particularité : elle aperçoit parfois sa mère, décédée, dans le reflet d'un miroir...
E. Wright nous embarque dans un trip londonien, musical, lumineux, tournoyant et suave, hypnotique, passant allègrement du rêve à la réalité et de la réalité au rêve, accompagnant son héroïne / ses héroïnes égarée (s) à la fois physiquement et psychologiquement. Ainsi que de bien étranges personnages, issus du passé et du présent, qui vont l'accompagner et la guider tout au long de ses périples hallucinés.
Visuellement Last night in Soho est une merveille à la hauteur du talent et de la réputation de son illustre auteur : il oscille entre jeux de miroir renversant et mise en scène étourdisante de ses deux protagonistes, au travers de voyages dans le temps à demi fantasmatiques et noctambules, où les nuits d'Eloïse se révèlent être des pérégrinations où elle se connecte avec une jeune inconnue et les bas-fonds du Londres des années 60. Mais du rêve au cauchemar, il n'y a qu'un pas.
Last night in Soho serait une réponse féministe de l'auteur à tous les "revenge movies" peu avenants, racoleurs ou guère inspirés, autant qu'un film de "lieu hanté" qui balaie scénaristiquement, esthétiquement (très pastel) et formellement le genre, n'hésitant pas à le plonger dans un milieu urbain et moderne et lui donner une véritable teneur.
T. McKenzie y est prodigieuse et A. Taylor-Joy confirme aisément tout le bien que l'on pense d'elle.

NOTE : 15-16 / 20

La critique des internautes
 

 


NOTE : - / 20

-