Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Jurassic world : Le monde d'après
Budget = 165 M$
BOX OFFICE France = 2 642 / 338 399 - 1 299 000 - ? 000 entrées
BOX OFFICE USA = 143,4 / ? M$
BOX OFFICE Monde = (389,2) M$
 

Hors sujet. Jurassic World 3 c'est James Bond au pays des dinos...
Je ne m'attendais pas à ce film mais espérais plutôt une réelle conclusion à la saga, toute entière, un scénario qui boucle la thématique amorcée depuis le début et tournant essentiellement autour de la place et le rôle de l'homme dans la nature. J'imaginais plonger à corps perdu dans un monde où les dinosaures menaçaient de remplacer l'espèce humaine par le biais d'un véritable déséquilibre écologique (ce que suggérait, me semble-t-il, les trailers...) ; une oeuvre qui garderait le focus sur son sujet, et non un film d'espionnage centré autour d'une histoire de sauterelles génétiquement modifiées et censées représenter un danger pour la terre (sic !). Comme si les dinosaures ne suffisaient pas amplement !
Jurassic World 3 où l'art d'essayer de concilier trois scénarios : celui de cette invasion des dinos sur toute la planète et leur difficile cohabitation avec les êtres humains (simplement esquissé...), celui évoquant le clone humain et ses (bien maigres) enjeux, et, enfin, celui abordant ces sauterelles OGM et leurs conséquences sur l'écosystème. Et je ne crois pas, à l'issue de la séance, que le choix fut le bon...
Parce que le croisement des histoires rend le film chaotique, chaque segments étant développé à l'arrache, se prenant souvent les pieds dans le tapis de la cohérence ou celui de la crédibilité et partant un peu dans tous les sens afin de noyer le poisson ; sans même évoquer nombre de personnages qui ne font que traverser l'histoire inconséquemment. L'utilité de l'enfant cloné étant même franchement abscons. Comme si les conséquences sur la chaîne alimentaire de l'arrivée de dizaines de nouvelles espèces n'étaient pas suffisantes en elles-mêmes, l'apport de ce méchant (très Elon Musk ?) est un aveu d'incapacité à gérer la conclusion du précédent épisode et ses ambitions affichées
A cela s'ajoute des punchlines qui tombent systématiquement à plat (la seule qui m'ait fait rire à disparu entre les trailers et le montage final), des séquences de dinosaures qui paraissent simplement agrémenter le film, comme une réjouissante toile de fond qui sent, la plupart du temps, le déjà vu.
Une conclusion qui laissent un goût âpre d'inachevé, qui évite surtout et à tous prix toutes ambitions intellectuelles, c'est à dire celles d'être un thriller purement écologique et métaphorique quant au conséquences de la manipulation de la nature par l'homme, en restant concentrer sur ses magnifiques dinosaures.

NOTE : 8-9 / 20

La critique des internautes
 

 


NOTE : -/20

-