Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Les bad guys
Pierre PERIFEL
Budget = - M$
BOX OFFICE France = 879 / 62 087 - 259 000 - ? 000 entrées
BOX OFFICE USA = 24,0 / - M$
BOX OFFICE Monde = (166,0) M$
 

Un loup, un serpent, une tarentule, un requin, un piranha jouent les bad animals, réputation donnée par leur confrères humains ou animals. Ce sont des voleurs qui se la jouent conformément à leur sinistre réputation.
Impossible de passer outre ce design définitivement original, plus crayonné, plus naturel, pas plus qu'à côté de cette vraie photo aux couleurs incandescentes, des couleurs tellement loin de la froideur du numérique et même des tendances photo-réalistes actuelles.
Le cartoon délivre une réelle réflexion sur ces apparences qui nous poussent à être ce que les autres croient voir en nous-mêmes (et à laisser les autres croirent ce que l'on veut) ; derrière chaque mauvaises personnes il y a une bonne personne qui se dissimule, pleine de cette gratifiante bonté et prête à sauter le pas pour peu qu'on lui tende la main. Passant du heist movie au film à thème, Les bad guys réussit à renouveler doublement le monde du cartoon : à la fois visuellement, comme on l'a vu, mais également par le truchement d'un scénario malin et complexe, aux personnages travaillés, aux situations jamais toutes écrites et en délivrant une progression scénaristique sans nul autre pareil et d'une efficacité redoutable. Surprenant de bout en bout, il se joue adroitement de tous les faux-semblants, de tous les a priori, avec une malignité et une pétillance communicative..
Les bad guys sort des sentiers battus, fait plaisir à regarder et offre une réflexion universelle et à la fois adaptée à toute la famille sur les notions souvent réductrices de Bien et de Mal, sur les préjugés qui limitent notre appréhension de l'autre.
Si le film est totalement frais, dommage qu'il se sente le besoin d'en faire franchement trop dans le domaine de l'action (aucun hamster n'a été blessé durant le tournage...) : il n'en avait nul besoin, sa finesse d'écriture parlait pour lui. Ni plus, ni moins.

NOTE : 15-16 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : - / 20

-