Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

The hunt
Craig ZOBEL
Budget = 14 M$
BOX OFFICE France = - entrées
BOX OFFICE USA = 5,3 / (5,8) M$
BOX OFFICE Monde = 6,5 M$
 

Des riches qui paient pour chasser de pauvres (?) gens : le concept n'est pas neuf (Cf. la saga Hostel pour n'en citer qu'un, La chasse du comte Zaroff pour le plus fameux) mais le film le dépasse aisément.
Kidnappé, un groupe d'hommes et de femmes vont devoir lutter pour survivre face à de mystérieux chasseurs organisés en groupuscule obscur ; sauf que l'argument est plié en 5 minutes et que le film part sur d'autres pistes parallèles.
J'aime cette première scène où le scénariste s'amuse à nous perdre à force de chercher qui est le héros : et ce sera une héroïne, loin des standards habituels, complètement singulière et tout aussi mystérieuse que ses bourreaux. Pour en finir avec cette séquence quand, en l'espace de quelques minutes encore une fois, le grand guignol prend clairement le dessus (la victime en charpie qui déclame une punchline !), le film s'appliquant à manier l'humour noir et à "inverser" les rôles, ici les tueurs militant pour les droits de l'homme, contre la malbouffe et semblent écolos ; alors que l'un des héros est profondément raciste...
Il y a du gore explosif dans un scénario déstabilisant mais bordélique à force de jouer à "qui est mon allié / qui est mon ennemi ?", et fracassé à force de se retourner sans cesse (la marque Lindelof). Jouant sur la gamme d'une ambiguïté douteuse, d'un délire au féminin surprenant et un peu à-la-mode, dans un film fun et fou, à prendre totalement au second degré, The hunt se suit avec plaisir dans la mesure où il parvient à surprendre son monde.

NOTE : 10-11 / 20

La critique des internautes
 

 


NOTE : -/20

-